9 April 2012

Il s'agit du premier jugement rendu par la justice colombienne dans le meurtre d'un simple paysan-sans-terre. Rogelio Martinez a été assassiné en mai 2010 par «Los paisas», l'une des principales organisations paramilitaires du pays. Le tribunal de Bogota a condamné par contumace le chef de «Los Paisas», samedi 7 avril 2012, et ordonné sa capture.

Quand, en 2008, Rogelio Martinez réclame la restitution de sa ferme située dans le département de Sucre, il est menacé de mort. Il fait partie des centaines de milliers de paysans qui avaient été chassés de leurs terres par les groupes paramilitaires. Rogelio Martinez demande alors la protection de la Cour interaméricaine des droits de l'Homme mais cela ne l'empêchera pas d'être abattu d'une balle dans la tête en mai 2010.

Première condamnation dans un dossier de meurtre de sans-terre

Le destin tragique de Rogelio Martinez est loin d'être un cas isolé. Mais pour la première fois, la justice colombienne a condamné, samedi 7 avril, son assassin. Pour Jairo Ramirez, porte parole du «Mouvement des victimes des crimes d'Etat» (Movice), cette décision de justice est hautement symbolique : «La décision qui a été rendue est importante et le jugement a été rapide. Maintenant il faut voir comment cela va s'appliquer et surtout, il faut veiller à un traitement aussi rapide pour les autres dossiers en cours. Ces derniers mois, une soixantaine de personnes, qui réclamaient des terres, ont été assassinées. Et les auteurs de ces crimes bénéficient d'une totale impunité

Il y a deux ans, le gouvernement colombien a adopté une loi qui vise à rendre, jusqu'en 2014, près de deux millions d'hectares de terres à 400 000 familles. En tout, plus de 4 millions de personnes ont été chassées de leur terre par le conflit armé en Colombie.

Source : RFI, 9 avril 2012

Author: 
RFI