La Red de Hermandad y Solidaridad con Colombia (Réseau de fraternité et de solidarité avec la Colombie) est un espace de coordination partagé par diverses organisations colombiennes de base et autonomes (Red Colombia), ainsi que par des organisations et collectifs d'autres pays qui travaillent en Colombie selon des principes de solidarité politique internationaliste (Red Europea). Ces pratiques sont basées sur l'échange, qui permet l'enrichissement mutuel des expériences de résistance entre les groupes d'Europe, d'Amérique du Nord et de Colombie. 

Le PASC est membre du Réseau Européen de la Redher depuis 2006. Au sein du réseau national de la Redher, le PASC travaille avec le Comité de solidarité avec les prisonniers politiques et accompagne différents processus comme le Comité d'intégration sociale du Catatumbo (CISCA) ou les initiatives de la Fédération agricole et minière du Sur de Bolívar (FEDEAGROMISBOL) et diffuse le matériel des ses campagnes comme celle contre le vol de territoire

La Red travaille sur deux grands axes thématiques en vue d'une solution politique négociée au conflit social et armé : la lutte contre l'impunité et la répression, dans une idée de justice intégrale, et le combat pour la défense des ressources naturelles; le respect de la souveraineté et de la culture.  Les campagnes de la Redher s'inscrivent dans plusieurs initiatives nationales comme les tribunaux permanents des peuples et le congrès des peuples

Le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) est un tribunal indépendant qui examine et juge les plaintes sur les violations des droits humains présentées par les victimes. Le Tribunal a été fondé en Juin 1979 en Italie. Il a suivi le Tribunal international Bertrand Russell sur les crimes de guerre, qui a tenu deux sessions en 1967 pour dénoncer les crimes de guerre commis contre le peuple vietnamien. Le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) est un processus qui s'est étalé entre 1989 et 1991 puis entre 2005 et 2008 avec 17 auditions préliminaires nationales et internationales, ainsi que 6 auditions par secteurs (agro-alimentaire, pétrolier, minier, biodiversité, services publics et sur les crimes contre des Communautés autochtones). Ces auditions ont démontré la responsabilité, par actions ou omissions, de diverses entreprises et de plusieurs gouvernements (où siègent les entreprises dénoncées), dans cette politique de terreur, d'exploitation et d’expropriation.

« Le Congrès des Peuples est un espace de convergence national réunissant les propositions issues des mobilisations dans le but de décider de nos vies et ce dans un exercice d'autonomie. Donc, c'est un Congrès qui légifère mais qui ne s'attend pas à une approbation des organismes et des institutions officielles. Nous tenons Congrès en prenant nos propres décisions sur nos vies. C'est depuis cet espace que nous réclamons un pays qui est le nôtre, non pas celui dont on tente de nous convaincre de l'existence, mais celui que méritent nos communautés et territoires. »

 Campagne contre le vol de territoire

La Redher via ses membres articules une campagne contre le vol des terre, le Pillage, pour la Souverainté, l’Autodétermination et la Permanence sur le Territoire. La traduction exacte serait une campagne contre la Spoliation ( définition: dépouiller d'un bien par violence ou par abus de pouvoir ). La spoliation comprise au sens large comme une pratique inhérente au capitalisme. Cette campagne fait le lien entre les différente manifestation et les causes du conflit colombien, un conflit que l'on retrouve posé en des termes similaires à travers le monde.

 Comité d'Intégration sociale du Catatumbo (CISCA)

Depuis janvier 2007, le PASC accompagne les communautés du Catatumbo pour appuyer le processus organisationnel du CISCA (communications, travail avec les groupes de femmes,
éducation populaire politique, grange communautaire, etc.), produire des rapports sur la situation des droits humains et enquêter sur l'agissement des compagnies minières canadiennes présentes sur ce territoire

Extraits d'entrevue avec un leader du CISCA (nov. 2007)

Notre région est située à la frontière du Vénézuela et son emplacement revêt un intérêt hautement stratégique pour différents groupes armés. Elle est riche en charbon et en pétrole, elle regorge de biodiversité et de terres fertiles et son important réseau de bassins et de sources d'eau potable est convoité par les grandes multinationales de l'eau Ce territoire, nous le partageons entre les communautés paysannes et le peuple Bari, des autochtones qui depuis des siècles le protègent et le défendent.

La seule présence de l'État dans notre région est celle des armes. Faute de soutien public, nous devons construire nos propres écoles, nos centres de santé et nos routes.
Depuis l'entrée de l'Armée et des troupes paramilitaires en 2002, notre territoire est jonché de morts et de disparus, nos organisations sociales ont été persécutées et anéhanties et notre tissu social détruit. De plus, les opérations de bombardements et de fumigations aériennes, qui continuent à ce jour, appauvrissent le sol, contaminent l'eau et saccagent nos cultures, nous forçant à quitter nos terres pour survivre

Il ne fait aucun doute, la stratégie de massacres, de déplacements forcés et de menaces déployée par l'État et ses alliés paramilitaires dans notre région a pour objectif de vider le Catatumbo de sa population afin de laisser libre cours à l'exploitation de ses ressources naturelles par les firmes étrangères.

Nous tous, paysan-nes, autochtones Bari, associations de femmes, de jeunes, de producteurs, coopératives, etc. nous sommes réunis au sein du Comité d'Intégration sociale du Catatumbo (CISCA) en 2004 afin d'élaborer une proposition collective pour défendre le Territoire et la Vie DANS le territoire. C'est ce que nous nommons notre « Plan de vie » qui touche à plusieurs aspects tels que la souveraineté alimentaire,l'organisation des femmes,les communications communautaires, l'éducation, la santé par les plantes, etc

ciscatatumbo.org

FEDEAGROMISBOL

La Fédération agricole et minière du Sur de Bolívar (FEDEAGROMISBOL) est née dans les années 1990 lorsque les miniers artisanaux, les petits producteurs de café et les paysans de la région se sont associés pour faire face à la crise agricole qui secouait le pays. Ses membres  réclamaient de meilleures garanties pour la production et la mise en marché des produits agricoles et miniers. Elle joua par la suite un rôle d'avant-plan au sein des luttes sociales de la région, exigeant que les besoins de base de la population soient satisfaits et que ses droits fondamentaux soient respectés; hors, ceux-ci sont systématiquement violés dans le contexte de paramilitarisation que connaît la région. La FEDEAGROMISBOL regroupe aujourd'hui plus de  3500 miniers artisanaux et représente une force sociale combative s'opposant à la colonisation de la région par les minières transnationales et aux plans néolibéraux d’appauvrissement de la petite paysannerie. La région du Sur de Bolívar est une des régions visées par les minières canadiennes, le PASC réalise des visites ponctuelles dans la région lors d'événements ou en cas de menaces aux dirigeants de l'organisation. 

fedeagromisbol.org

COORDINADOR NACIONAL AGRARIO  CNA

La FEDEAGROMISBOL et le CISCA font partie du Coordonateur National Agraire. Depuis sa fondation en 1997 le CNA participe et organise des mobilisations regionales et nationales. Les manifestations, marches, occupations d'entités publiques, bloquages de route font partie de ses activités politiques pour défendre la paysannerie et la population rurale. Il fait parti de la Coordintation Latinoamericaine des organisations rurales CLOC et de Via campesina.  

cna-colombia.blogspot.com