Projet Accompagnement Solidarité Colombie

Profiteurs canadiens de la guerre

Dernière heure

Les analystes affirment que la décision d'Ecopetrol de reprendre le contrôle du champ de Rubiales impliquera des (...)
La pétrolière colombienne Ecopetrol, une compagnie publique, et la canadienne Pacific Rubiales ont convenu de ne pas (...)
La traducción español de este trabajo es disponible al final del artículo. Le texte qui suit est un (...)
En décembre 2014, on apprenait que la compagnie Talisman, multinationale d’exploration et de production pétrolière et (...)
La pétrolière canadienne Pacific Rubiales en ColombieCertification équitable, vous dites ? Nous avons récemment (...)
Mercredi 5 novembre 2014 au café aquin de l'UQAM Soirée organisée par le PASC en collaboration avec le GRIP-UQAM Au (...)
En 2013, BP a vendu ses actifs en Colombie a Esquion Energia Ltd, une entreprise qui est la propriété d' (...)
En juillet 2013, une délégation canadienne participa en Colombie à l'audience publique pour juger les actions de la (...)
Dans un communiqué du 23 juillet 2014, Exportation et développement Canada annonce l'octroi d'un financement de 48,5 (...)
Depuis le 1er Juillet le tournage de "Justice Denied" à commencé entre Bogota, Medellin, Segovia, Bucararmanga (...)

Nous unissons nos voix aux organisations sociales colombiennes et aux communautés en résistance pour clamer haut et fort : « le conflit en Colombie relève d'une guerre impérialiste » financée et alimentée par les intérêts économiques du Nord. « Notre » agence de développement international s'y implique pour modifier les cadres législatifs en faveur des entreprises étrangères, « notre » gouvernement conservateur signe un accord de libre-échange pour dorer l'image d'un État paramilitaire et le couvrir du sceau démocratique, « nos » entreprises (minières et pétrolières en premier lieu) y  revendiquent la « sécurité de leurs investissements » qui se traduit par des brigades militaires chargées de la protection des mines et des oléoducs, des troupes paramilitaires qui « nettoient » le territoires (massacres et déplacements forcés) , des tueurs à gage qui éliminent les organisations syndicales, etc, « notre » production agricole y est écoulée à bas prix détruisant l'économie paysanne, etc, etc, malheureusement la liste s'allonge.

Et sur cette liste nous inscrivons, entre autres : Medoro Ressources pour ses manigances visant à déplacer un village complet pour y construire une mine à ciel ouvert (village de Marmato, Département de Caldas), la Greystar pour ses projets d'extraction causant la contamination de nappes phréatiques (nouveau projet à Santurban, Dép. Santander), les pétrolières canadiennes dont la Petrobank, la Petrominerales,  la Grantierra pour leur colonisation de l'Amazonie, cause de destruction environnementale et de déplacements de populations ; Pacific Rubiales Energy qui exploite des champs pétrolifères où travaillent, en sous-traitance, environ 14 000 ouvriers dans la région de Puerto Gaítan ou le conflit de travail a engendré, depuis 2010, plusieurs cas d'agression contre les ouvriers syndiqués incluant menaces de morts, attentats, diffamations publique.

En tant que canadiens et canadiennes, nous pouvons briser l'impunité avec laquelle agissent ces entreprises.

Ciblons les profiteurs canadiens de la guerre !